mardi 17 mars 2015

Les fabricants d'armes




La guerre, objet de paix ou de désordre ???

Préambule


Alix TENROC : « Nous voici aujourd’hui en France sur le salon international d’Eurosatory, salon qui traite de la défense terrestre et aéroterrestre. Plus de 53.000 visiteurs attendus, 53 pays exposants, 1432 exposants, 130 pays représentés, 152 délégations officielles »







Alix TENROC : « Le marché de l’armement se porte bien … A partir de 4 reportages, nous allons abordé le sujet de la Guerre, est ce un objet de paix ou de désordre ? »


La guerre, objet de paix ou de désordre ???
1ère partie : Les fabricants

    

    








Alix TENROC : « Avant de parler de guerre,  tous les pays sécurisent leurs territoires de toutes agressions extérieures... L’expression la plus connue et la plus ancienne résume cet état de fait et est en latin : « Si vis pacem, para bellum » qui se traduit « Qui veut la paix prépare la guerre »




Alix TENROC : « C’est pour cela que nous sommes ici à Eurosatory en France où se déroule ce salon international de la défense terrestre et aéroterrestre. Pour la période 2010-2014, la France a été le quatrième pays exportateur d’armes derrière les USA (1er), la Russie (2ème), la Chine (3ème) et devant le Royaume Uni (5ème) et l’Allemagne (6ème). »



Alix TENROC : « Nous voyons ici le NH 90, hélicoptère de transport militaire ainsi que le Tigre qui montrent l’implication de plusieurs pays dans le programme de construction d’engins militaires. En effet, il regroupe plusieurs pays européens comme la France, l’Allemagne, les Pays Bas, l’Italie, le Portugal et la Belgique dans sa construction. Pour le NH 90, plus de 510 ont été commandés. 190 livrés. Dernier contrat en date : Le Qatar en a acheté 22 en 2014 »






Alix TENROC : « Les 20 premiers groupes totalisent plus de 2 millions de salariés dont plus de 1.370.000 rien que pour les USA. Les ventes d’armes ont progressé entre 2008 et 2012 de 30% passant de 56 milliards à 73 milliards de dollars.  »






Alix TENROC : « Dans le détail par pays voici le nombre de salariés en 2013 :
USA = 1 370 000 salariés, Angleterre = 131 000 salariés, Italie = 67 000 salariés, France = 131 000 salariés, Russie  = 150 000 salariés »









Alix TENROC : « Eisenhower, général 5 étoiles de l’Armée Américaine et 34 ème président des Etats Unis avait mis en garde en 1961 du risque de monter du complexe militaro industriel américain avec à cette époque plus de 3,5 millions de salariés et de son influence totale, économique, politique et même spirituelle sur ses implications graves sur la vie des américains. »






Alix TENROC : « Le risque d’enchainements de conflits est un business rentable pour les marchands d’armes ainsi que pour les pays qui en vendent et comme vous avez pu le voir, les 6 premiers fabricants d’armes, 4 d’entre eux sont occidentaux.  La Russie fournit en premier lieu l'Inde. Les Etats Unis ont la clientèle la plus diversifié. Quant à la Chine, ses 3 principaux clients sont le Pakistan, le Bangladesh et la Birmanie et commerce avec 18 pays africains.»






Alix TENROC : « Il est intéressant de voir que ceux qui construisent ne sont pas ceux qui s’équipent hormis les USA qui ont été leur premier acheteur pour garantir leur leadership militaire à travers le monde pendant de nombreuses années. »






Alix TENROC : « On a pu voir ces dernières années le revirement des fabricants sur les engins de protection contre les bombes improvisées sur le bord des routes (IED) ou contre les tirs de fusils mitrailleurs plus connus sous le nom de MRAP : Mine Resistant Ambush Protect (lien en cliquant ici).






Alix TENROC : « Voici par exemple le Dingo 2 (lien en cliquant ici) dans cette configuration »






Alix TENROC : « ou encore ce camion AVSHS de fabrication allemande livré aux Forces Canadiennes (lien en cliquant ici)






Alix TENROC : « ou ici le MRAP de Force Protection, entreprise américaine. Ce genre d’engins a permis un taux de survie pour les soldats conséquent :"90% des blessés survivent (contre 50% lors de la guerre du Vietnam et un tiers lors de la Seconde Guerre mondiale)". »







Alix TENROC : « Cependant une question se pose quand on voit les 28.000 MRAP américains qui ont été déployés en Afghanistan et en Irak. En effet, la fabrication mais aussi le coût d’entretien estimé à 15.000 dollars par unité par an font que ces véhicules sont excessivement chers… (Lien sur : quel avenir pour les MRAP






Alix TENROC : « Face à la crise mondiale qui perdure, les USA vont baisser leurs dépenses militaires intérieures dans les années à venir et les pays asiatiques augmenter les leurs dépassant même les USA en terme de valeur. Les américains vont se retrouver en négociations encore plus offensives du fait de la diminution de leur production intérieur pour les années à venir. »






Alix TENROC : « Dans l'industrie de défense, les concentrations sont la norme : les 44 sociétés américaines étudiées en 2012 assurent 60 % des ventes des 100 premières entreprises d'armement au monde. »






Alix TENROC : « Les 30 sociétés européennes comprises dans ce panel représentent 29 % de son chiffre d'affaires. Pour tous ces industriels, le regain de tensions internationales ne produit plus d'effet de cliquet : l'augmentation globale de leur chiffre d'affaires (305 milliards d'euros en 2010) n'est que de 1 % par rapport à l'année précédente. »






Alix TENROC : « Le début de la décennie avait été bien plus rentable, avec 60 % d'augmentation du chiffre d'affaires entre 2002 et 2009. Comme vous le voyez le marché de l’armement est en plein essor mais aussi en compétition comme des entreprises commerciales vendant des biens de consommation. »






Alix TENROC : « Le gouvernement américain actuel veut faire sur 10 ans, 500 milliards de dollars de baisse de dépenses pour freiner cet entretien perpétuel de son équipement. Pour exemple, l’armée de terre américaine et leurs "Marines" ont un stock d’environ 6.000 chars M1 ABrams dont seulement un tiers est nécessaire à l’armée» Source : Challenges N°335 - 07/03/13




Alix TENROC : « Si il ne ferme pas l’usine produisant ces chars, que seul les USA achètent, selon un général, « nous allons devoir acheter 70 chars supplémentaires par an, soit, sur 4 ans, 280 chars dont nous n’avons pas besoin…. » (Source : Challenges N°335 - 07/03/13)






Alix TENROC : « comme ses mesures d’économies d’échelles, pour exemple: L’armée américaine compte 963 généraux et amiraux, une centaine de plus qu’avant le 11/09/01. Chaque général est assisté par une équipe coutant plus de 1 million de dollars….. (Source : Challenges N°335 - 07/03/13) »





Alix TENROC : « Actuellement, les USA se retrouvent avec un monstre aux pieds d’argile : le chasseur F 22 fait travailler 1.300 sous traitants et 100.000 salariés dans 45 états de l’union.






Alix TENROC : « Cependant la différence entre fabriquer, vendre et utiliser ces armes est majeure, et nous allons le voir dans cette 2ème partie de cette enquête »


    




Le business de la guerre


La guerre, objet de paix ou de désordre ???
2 ème partie : Le business
  






Alix TENROC : « Nous avons vu dans la première partie l’importance que jouait le marché de l’armement sur de nombreux pays qui soit dit en passant ne sont pas en guerre. Nous allons voir maintenant la question du business. Selon les prévisions d’IHS pour 2021, le budget américain devrait chuter de 28%, de 472,25 milliards de dollars à 361,2 milliards d’euros. Au contraire, la Chine va augmenter le sien de 64%, à 207,24 milliards de dollars (158,5 milliards d’euros).





Alix TENROC : « En Europe, les budgets alloués à la Défense connaîtraient un léger recul d’ici 2021: -0,2% pour le Royaume-Uni, -7,3% pour l’Allemagne. De son côté, la France devrait l’augmenter de 39,2 milliards d’euros en 2012 à 40,4 milliards d’euros en 2021, une hausse de 3%. Le chiffre d'affaires des 100 premiers fabricants d'armes ne cesse cependant d'augmenter : 305 milliards d'euros, en hausse de 60 % depuis 2002... »






Alix TENROC : « Compilé avec un grand sérieux et paru chaque année à cette époque, le classement des cent premières firmes mondiales d'armement (hors la Chine, dont les données ne sont pas fiables) a été publié le 26 février 2012 par le SIPRI (Stockholm Peace Research Institute). Les statistiques publiées ce jour concernent l'année 2010 et sont consultables ici : Tableau des 100 principaux vendeurs d'armes en 2010.http://www.sipri.org/research/armaments/production/Top100/2009






Alix TENROC : « Au premier coup d'oeil, on constate une grande stabilité de ce classement : sur les vingt premiers groupes industriels producteurs d'armement, seize demeurent américains, les européens se trouvant dans des positions assez éloignées. BAE Systems est deuxième, EADS septième, Finmeccanica huitième, Thales onzième et Safran seizième. »







Alix TENROC : « Du côté des industriels français, les positions se maintiennent parfois (DCNS, 22e place), grignotent quelques places (Nexter de la 55e à la 57e place), mais il arrive aussi qu'elles baissent sensiblement. Le Commissariat à l'énergie atomique passe ainsi de la 37e à la 42e position, quand le groupe Dassault passe de la 55e à la 61e place. »






Alix TENROC : « Exemple d'un beau business cité par le SIPRI : Les MRAP, ces camions protégés contre les mines qui circulent par centaines en Afghanistan. Le contrat du M-ATV gagné par la société américaine Oshkosh Defense lui a permis d'augmenter son chiffre d'affaires de 156 %. La société a vendu pour plus de sept milliards de dollars de matériels militaires divers en 2010, surtout des camions ! »






Alix TENROC : « La France était le quatrième pays exportateur d’armement au monde, en 2014. Les exportations hexagonales d’armes ont progressé de 16% en 2 ans, selon une étude du cabinet de conseil IHS :




1er USA - 2ème Russie - 3ème Chine - 4ème  France - 5ème Royaume Uni - 6ème Allemagne. Les exportations mondiales dans le secteur de la défense devraient atteindre 100 milliards de dollars d'ici à 2018, soit 76,6 milliards d'euros, selon l’étude "The Balance of Trade" du cabinet de conseil IHS, parue mardi 25 juin.






Alix TENROC : « Concernant les budgets consacrés à la Défense, les Etats-Unis devraient réduire leurs dépenses dans les années à venir alors que les pays asiatiques vont augmenter les leurs. Les dépenses de l'Asie en armement devraient dépasser celles de l'Amérique du Nord. »







Alix TENROC : « En 2014, l’Hexagone était le 4ème exportateurs d’armes au monde, avec un revenu estimé à 8 milliards d’euros. Par rapport à 2013, les exportations françaises ont progressé de 16%. (lien sur l'article de Bfm de mars 2015) »






Alix TENROC : " La France s'apprête en 2015 à livrer 3 milliards d'euros d'armements au Liban payés par l'Arabie Saoudite, et à livrer 24 avions Rafales et une frégate multimissions à l'Egypte pour un contrat de 5,2 milliards d'euros. "   






Alix TENROC : " Le volume global de vente d'armes augmente, partout dans le monde ces dernières années. Entre 2009 et 2013, les ventes mondiales ont crû de 14% selon une étude d'un institut suédois spécialisé (SIPRI). Du côté des importateurs, l'Inde et les pays du Golfe ont augmenté leurs achats. Le nombre de guerres a tendance à diminuer sur la même période, mais les guérillas et guerre civile, au sein d'un même pays est en hausse..."






Alix TENROC : « Loin devant, les Etats-Unis tiennent toujours la tête de classement. Les exportations d’armement ont rapporté 28,53 milliards de dollars (21,8 milliards d’euros) aux Américains en 2012, une hausse de 42,1% par rapport à 2008. La Russie arrive deuxième, avec un revenu de 10,06 milliards de dollars, soit 7,7 milliards d’euros. »






Alix TENROC : « La grande majorité des plusieurs milliers de ventes effectuées par la France chaque année se fait sans zones d’ombres ou par des intervenants après avoir passé les étapes de validation. La signature de contrats avec d’autres pays occidentaux soumis aux mêmes contrôles que la France se fait de manière transparente. Avec les pays de l’Otan, les contacts militaires permanents et la forte coopération font qu’il n’y a pas besoin d’intermédiaires. Les transactions entre pays européens, très standardisées, ont quant à elles fait l’objet d’une récente réforme qui libéralise le marché à l’intérieur de l’Union européenne. »






Alix TENROC : « Mais quand l’acheteur est un pays où les notions de transparence et de démocratie n’ont pas la même valeur symbolique qu’en Europe, comme le Pakistan, les pays du Golfe ou encore certains pays d’Asie, la vente d’armes devient un business beaucoup plus complexe et opaque. »





Alix TENROC : « En règle générale, moins un pays est démocratique, plus le nombre et le rôle des intermédiaires est important dans la négociation d’un contrat, qu’il s’agisse de l’armement mais aussi des grands marchés publics, de l’énergie, du pétrole ou encore du bâtiment. Et plus le versement de pots-de-vin (les fameuses commissions) à des dignitaires étrangers en échange de l’attribution d’un contrat sont courantes. »



 
Alix TENROC : « Ces marchés comme vous le voyez apportent des milliards de dollars aux différents pays occidentaux.  Mais la question suivante qui se pose est l’utilisation de ces armes pour la guerre est elle vraiment efficace pour la paix ? Nous allons l’aborder dans le 3ème volet de cette enquête prochainement… »